Georges Loinger est un de nos plus anciens adhérents, notre premier Trésorier et notre Doyen puisqu’il fête cette année ses 105 ans. C’était un compagnon du Père Michel RIQUET bien avant la création de la Fraternité d’Abraham et il avait organisé pour lui plusieurs croisières en Méditerranée pour des groupes de croyants en sa qualité de Directeur de la ZIM, la compagnie israélienne de navigation, après avoir été l’organisateur du départ de l’Exodus de Sète vers Israël en 1947 avec 4 500 survivants de la Shoah.

Fait prisonnier de guerre en 1940, parlant parfaitement allemand, il s’évada de son Stalag 7A et regagna la France au début de 1941 après un périple magnifiquement conté par son camarade d’évasion Marcel Vogel. Cette évasion se termina par le franchissement du Doubs – la ligne de démarcation – à la nage. Georges Loinger était un nageur chevronné. Il s’engage alors dans l’OSE et va chercher des enfants juifs par dizaines à Aix-les-Bains pour les emmener à Annemasse et les faire passer en Suisse, au total plusieurs centaines.

Il a publié quatre ouvrages sur son histoire et sur les Résistances juives pendant l’occupation. Nous vous invitons vivement à les lire.

L'odyssée d'un résistantL’odyssée d’un résistant Témoignage d’un centenaire, enfant d’Alsace Georges Loinger, prisonnier de guerre en Allemagne, s’évade et intègre la Résistance française dans le Réseau Bourgogne. Éducateur physique au sein de l’OSE, informé par le « télégramme Riegner » du projet de destruction des Juifs d’Europe, il participe à l’organisation de la Résistance juive et se consacre alors essentiellement au sauvetage des enfants, créant à Annemasse une filière de passage en Suisse. La guerre finie, il participe à l’aventure de l’Exodus qui médiatise le problème des survivants des « Camps de la Mort » fuyant l’Europe pour rejoindre la terre de leurs ancêtres. Sa vie professionnelle est la suite de son engagement : directeur de la Zim, compagnie de navigation du tout jeune État d’Israël, il organise les croisières-pèlerinage vers la Terre Sainte et participe à la création de la fraternité d’Abraham, prônant le rapprochement des religions monothéistes : Judaïsme, Christianisme et Islam. Retraité très actif, il est à l’origine du livre « Organisation juive de Combat », replaçant la Résistance juive dans la Résistance nationale. Deux autres livres suivent. Celui-ci, le quatrième, écrit l’année de ses 103 ans, met en perspective son histoire personnelle et l’Histoire.

Aux frontières de l'espoirDès son adolescence en Alsace, Georges Loinger est sensibilisé au danger que représentent les menées nazies pour les Juifs. Il se consacre à l’éducation physique de la jeunesse afin de la préparer aux épreuves qui se profilent. Prisonnier de guerre, il s’évade en 1941 de son Stalag allemand pour rejoindre sa femme à La Bourboule. Il se lance alors à corps perdu dans la Résistance au sein du réseau Bourgogne, et participe au sauvetage des enfants juifs aux côtés de l’OSE.

Il sauve ainsi plus de 350 enfants juifs en les faisant passer en Suisse à partir d’Annemasse.

Après la guerre, il suit ses idéaux sionistes et participe à l’épopée de l’Exodus. Militant infatigable, il consacre toute son énergie à rendre à la Résistance juive sa place dans l’Histoire. Ce livre est le fruit de ses entretiens avec l’historienne Katy Hazan.

 

Les résistances juives pendant l'occupationA la veille de la guerre, la population juive de France offre une grande diversité que l’on retrouve dans son engagement dans la Résistance, des Juifs de la Résistance nationale aux organisations de résistance juive proprement dites. Ces dernières ont aidé les Juifs à se cacher, en fabriquant à leur intention des faux papiers, en les aidant à franchir les frontières (suisse ou espagnole) ou la ligne de démarcation, en leur procurant des moyens financiers pour survivre, en réduisant au silence ou en abattant les dénonciateurs et les « chasseurs de Juifs », en organisant des évasions de prisonniers, et en diffusant des informations destinées à soutenir moralement les persécutés et à leur gagner des sympathies au sein de la population non juive. Écrit par une grande figure de cette résistance, ce livre, qui s’adresse à un large public, a pour objectif de faire reconnaître la réalité de l’engagement armé des Juifs contre les nazis, l’organisation des réseaux juifs de sauvetage et de rendre hommage aux non-Juifs sans l’aide desquels rien n’aurait été possible.

Organisation juive de combatCette somme regroupe plus de 600 témoignages, dévoilant tout un pan jusque-là peu connu de la Résistance et de la Déportation, à travers l’action salvatrice de 10 réseaux de résistance juifs, ayant permis le sauvetage d’une part importante de la population juive de France. C’est un ouvrage collectif que l’on doit à l’Association des Anciens de la Résistance Juive en France (ARJF-OJC), et en particulier à Georges Loinger.

 

 

 

 

 

Edmond Lisle

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail