FRATERNITÉ : je suis un peu comme André Chouraqui à qui on vient de rendre hommage tout récemment avec la dernière projection de son film, et puis avec l’édition française de sa traduction de la Bible, dimanche dernier aux Bernardins – je pars de la racine primitive des mots. Donc dans « Fraternité » il y a d’abord « Frère », c’est quelque chose de très fort ; qui ne devrait pas être exclusif – comme dans une Confrérie – mais au contraire inclusif : on réalise en appelant l’autre « Frère » que quelque part, l’autre est en soi ; que l’on aurait pu être l’autre ; mais aussi que l’autre est à notre propre image ; et si on pousse plus loin, bien sûr avec la foi, on réalise aussi que cela n’est pas le produit d’un hasard.

Je vais à ce sujet évoquer un souvenir très fort, celui d’une réunion au CRIF, c’était juste au lendemain des attentats de Toulouse et Montauban, en mars 2012, et parmi ceux qui ont pris la parole autour de la table il y avait le Rabbin Michel Serfaty, qui a fondé et qui préside toujours – tout le monde le sait – l’Amitié Judéo-Musulmane de France. Et je me souviens d’un propos très précis quand il s’est référé au Pape Jean-Paul II, qui avait dit « Les Juifs sont nos Frères ». « Frères ainés », plus précisément, et c’est la spécificité du lien avec les Chrétiens, mais déjà « Frères » était déjà suffisant. Et Michel Serfaty avait dit : « que les Musulmans de France aillent au-delà de la condamnation de Mohamed Merah ; qu’ils ne se contentent pas de dire « l’Islam ce n’est pas cela » ; que simplement ils affirment cette fraternité ». Et moi j’ajouterais, « comme bien sûr on doit la Fraternité à tous les humains, quelle que soit notre religion et la leur, ou même si nous ne nous revendiquons pas d’une croyance ».

Chers amis, depuis mars 2012, il y a eu bien d’autres horreurs partout dans le monde mais aussi en Europe, en France avec les derniers attentats, et à Bruxelles l’année dernière, ou à Copenhague, et il y en aura d’autres. Comment a réagi le grand public ? Bien entendu, il y a eu – et c’est scandaleux – une forte augmentation des actes islamophobes, il y a eu l’exploitation politique de la peur de l’islam et des musulmans, mais franchement, quand on voit la dignité de l’immense manifestation du 11 janvier, le caractère pacifique des slogans, l’absence d’incidents et bien je peux dire que je suis fier de mon pays ; et que, même si c’est dommage que parmi ces millions de manifestants, on n’ait pas eu beaucoup d’adhérents, en tout cas même sans se revendiquer d’Abraham, la Fraternité était dans leur cœur.

Deux éléments positifs, aussi avant de tourner cette page tragique : comme vous le savez, l’armée protège depuis le début de l’année les Synagogues et les écoles juives : et bien cette armée, comme notre police, sont le reflet de la diversité de la société française d’aujourd’hui : aujourd’hui, protègent la communauté juive des jeunes soldats musulmans comme chrétiens, et c’est une forme pratique de fraternité. Et puis, je le dis parce que je suis très souvent en « veille » sur l’Internet, je sais qu’il y a chez beaucoup de jeunes musulmans un sentiment de frustration, de rancœur, de « deux poids deux mesures » ; parce que le racisme existe aussi, parce qu’il y a une ségrégation géographique qui isole les populations par origines, et c’est une honte. Mais enfin il y aussi un sondage qui vient d’être publié très récemment, du très sérieux « PEW Center », montrant que les Français avaient une image plus favorable des Musulmans qu’avant les attentats de janvier, justement parce qu’ils savaient faire la différence entre eux et une toute petite minorité de fanatiques. Alors, ceci devrait nous donner de l’espérance, et nous faire tous adopter un discours positif.

Chers amis musulmans, entre frères on peut se dire des vérités : soyons à l’image de la société française d’aujourd’hui. Il n’est pas normal que dans notre association, où juifs, chrétiens et musulmans devraient être à égalité non seulement au niveau des organes de direction, mais aussi dans la participation, concrète et bénévole, à nos travaux, on ait trop souvent l’impression d’être une sorte d’Amitié Judéo Chrétienne bis. Même impression lors de nos assemblées générales. Nous sommes à chaque fois honorés de nous réunir à la Mosquée de Paris, nous y retrouvons des amis, mais nous savons aussi combien les responsables ont une charge très lourde ; alors peut-être faut-il trouver dans d’autres lieux, des bonnes volontés pour nous aider, à l’image du valeureux Foudil Benabadji, membre de notre comité directeur, qui fait un si grand travail. Il n’est pas normal du tout qu’il n’y ait aucun musulman dans le Comité Editorial de notre site, où les tâches les plus ingrates sont acceptées par un tout petit nombre de bénévoles, n’est-ce pas Nicolas ? Il n’est pas normal, alors qu’effectivement on associe trop l’Islam à des images de violence, de guerre ou aux horreurs du Daesh, et que l’on ne parle que de cela : mais alors, proposez-nous, spontanément, des articles sur d’autres sujets, il y en a tellement qui devraient intéresser tout le monde, un regard musulman sur l’environnement, ou sur les injustices sociales, ou sur les drames des migrants qui se noient presque sous nos yeux ! On souhaite vous écouter, et vous avoir plus avec nous.

Quelle que soit notre religion – pensons au titre du dernier livre d’un brillant intellectuel musulman, Abdenour Bidar, « Plaidoyer pour la Fraternité ». Il remarque, très justement que dans la devise de la République Française « Liberté – Egalité – Fraternité », on laisse trop de côté le dernier mot, « Fraternité ». Pensons y tous, de manière concrète et pas convenue. Et que cette fraternité soit une réalité au niveau de la contribution concrète de chacun, pour que vive notre association.

Jean Corcos

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail