« L’Interfaith tour » a été une expérience tout à fait inédite dans le domaine du dialogue interreligieux : cinq jeunes de l’association Coexister – Victor, Ismaël, Ilan, Josselin et Samuel (un athée, un musulman, un juif, un agnostique et un chrétien) – ont réalisé un tour du monde à la recherche d’initiatives dans le domaine du « vivre ensemble » entre communautés religieuses, et ils ont partagé ensuite leurs reportages lors d’un tour de France.

Samuel Grzybowski, président de l’association, a lui-même présenté lors de notre Assemblée Générale du 15 juin dernier quelques vidéos de ce tour du monde, vidéos sélectionnées parmi des dizaines et qui ont beaucoup intéressé notre assistance. Partis le 1er juillet 2013, sac à dos et avec tout l’enthousiasme de leur jeunesse, ils sont revenus en avril 2014, chacun renforcé dans ses propres convictions mais sans s’être jamais disputés pour des raisons liées à leurs pratiques ou absence de pratiques. Samuel devait tout de suite préciser que ce voyage extraordinaire n’avait pas pour but d’expérimenter une coexistence au quotidien, qui ne posait pour eux aucun problème étant déjà amis et alors même que la « rencontre de l’autre » fait partie du vécu même de Coexister. Le but était de savoir ce qui se faisait ailleurs, modestement, sans « avoir la prétention de porter un message, mais en souhaitant importer en France les bonnes pratiques rencontrées ailleurs », comme devait le dire un des participants, dans une des nombreuses interviews réalisées à leur retour.

Leur voyage extraordinaire leur a permis d’aller dans 70 villes à travers les cinq continents, et en traversant une cinquantaine de pays. Ils ont pu rencontrer les plus éminentes personnalités, le Pape à Rome, mais aussi le grand imam d’Al-Azhar, en Egypte, le patriarche maronite de Beyrouth, et le grand rabbin de Jérusalem. Et Laurent Fabius, Ministre des Affaires Etrangères – notre pays ayant contribué à ce projet qui a coûté 100.000 euros, financés par des universités (25%), des fondations (comme le Secours catholique), les Etats français et américains (à hauteur de 5% chacun) ou des dons privés.

Les cinq jeunes ont recensé et étudié des centaines d’initiatives, après avoir interviewé 435 personnes ! Parmi les réalisations qui les ont le plus marqués, la « nuit des religions » à Berlin, sorte de  » nuit des musées » française, où l’on visite églises et temples. Ou encore un championnat de foot lancé en Inde, après que des affrontements graves aient eu lieu entre hindous, musulmans et forces de police. Ou aussi l’entraide entre mères célibataires chrétiennes et musulmanes dans les bidonvilles du Kenya ; et les projets solidaires entre juifs et musulmans d’Israël et des Territoires palestiniens.

« L’Interfaith tour » est enfin une véritable « banque de données » sur ce qui se fait dans le monde en matière d’actions pour promouvoir le dialogue interreligieux, grâce à un site extrêmement riche, www.interfaithtour.com. Sur ce site, une carte présentant toutes les villes visitées, et surtout les dizaines de liens donnant accès à toutes les vidéos enregistrées pendant leur tour du monde.

Jean Corcos

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail