Témoignages

Ceux qui partent, ceux qui restent

Au quotidien des réfugiés et des travailleurs internationaux, la question du départ est omniprésente. Les Syriens sont en exil et espèrent trouver de meilleures conditions de vie dans un pays tiers, tandis que les Libanais sont parfois tentés par l’émigration économique. Les similitudes de leurs attentes et inquiétudes m’ont d’autant plus marquée que je vis également loin des miens.

Une naissance sous la pluie

Les contextes exceptionnels révèlent souvent le pire et le meilleur de la nature humaine. De Syrie ou d’ailleurs, de nombreux réfugiés ont fait face à des situations improbables et accompli des choses dont ils ne se seraient jamais crus capables. Tel est le cas de Halima Al-Zhouri, enseignante de sciences s’étant improvisée sage-femme sous les bombes.

Sans-papiers : de l’individu au chiffre anonyme

Pour les 1,5 million de Syriens réfugiés au Liban, la précarité n’est pas seulement matérielle, mais aussi administrative. En effet, le gouvernement délivre les permis de séjour avec une parcimonie croissante et bannit les réfugiés de la plupart des emplois légaux. Par leurs propres mots, Syriens et Libanais racontent ainsi leurs difficultés quotidiennes et l’angoisse pour les réfugiés de se savoir clandestins.

L’Akkar, une région pleine de surprises

Voilà à présent quinze jours que je suis au Liban, où je séjourne pour la première fois de ma vie. J’y ai rejoint l’ONG Relief & Reconciliation for Syria, dont la branche libanaise est active auprès des réfugiés syriens et des habitants de la région de l’Akkar, dans le Nord du pays. Dans l’attente d’un témoignage plus détaillé, je souhaite vous partager les premières découvertes et rencontres de ces semaines déjà riches en émotions.

Femmes en Terre d’Islam

Qu’est-ce qu’être une femme dans une société musulmane aujourd’hui ? A la lumière d’expériences faites au Maroc en France, en Allemagne, en Bulgarie, en Israël et en Palestine, Maguelone Girardot, jeune diplômée de sciences politiques, confronte ses impressions aux textes sacrés et aux discours de religieux, d’intellectuels et de militants engagés sur le sujet.

Une émission de radio avec Roland Burrus

Le dimanche 17 janvier 2016 était diffusée, dans le cadre de mon émission, une interview de notre ami Roland Burrus, membre du Comité Directeur. Ce fut un entretien passionnant, car il était rentré quelques semaines avant du Liban, où il avait participé à une mission de volontariat dans le « Centre de Paix » de l’ONG « Relief and Reconciliation for Syria ».

Visiteur en transit dans l’Akkar

Roland Burrus, un des membres de notre comité directeur, s’est porté volontaire afin de soutenir les efforts de l’ONG « Relief and Reconciliation for Syria » dans la mise en œuvre du programme d’encadrement scolaire de quelques centaines d’enfants de réfugiés syriens. Cette association a été créée il y a trois ans par Friedrich Bokern, membre de notre Comité stratégique. Roland Burrus nous adresse ses premières impressions de séjour dans ce district montagneux du nord du Liban, l’Akkar, limitrophe de la Syrie et bordé à l’ouest par la Mer Méditerranée.

La littérature peut-elle aider au dialogue des spiritualités?

Nous publions dans notre rubrique « Billet » l’intervention de Madame Bariza Khiari à l’occasion du salon du livre de l’association « Ecritures et Spiritualités », le 4 octobre à Lyon. Une trentaine d’auteurs y assistaient, ainsi que la Fraternité d’Abraham. Une table ronde animée par Leili Anvar s’est tenue sur le thème « La littérature peut-elle aider au dialogue des spiritualités ? », y participaient également le Cardinal Barbarin archevêque de Lyon, Alexis Jenni Prix Goncourt, Philippe Zard maître de conférence.