Le cheikh Khaled Bentounès est président et fondateur de l’association AISA ONG International (Association Internationale Soufie Alâwiyya), fondateur des scouts musulmans, un des membres fondateurs du « Vivre ensemble à Cannes » et ami de la Fraternité d’Abraham. AISA International et l’Algérie ont conjointement proposé aux Nations Unies qu’une journée soit proclamée « Journée Internationale du Vivre ensemble en paix ».

Après 3 ans d’efforts et de sensibilisation (plusieurs pays criaient à l’utopie et refusaient l’idée), cette proposition fut acceptée le 8 décembre dernier à l’unanimité des 193 pays membres de l’ONU. Cette unanimité est déjà un événement en soi.

L’idée d’une telle journée mondiale correspond à une nécessité dans le monde à cause de l’actualité et répond aux attentes notamment des jeunes. Concrètement, cette journée contribuera à renforcer la culture de paix, à mettre en lumière les différentes actions, comme les différentes rencontres interreligieuses, qui montrent que le vivre ensemble est possible, à passer de la culture du « je » à la culture du « nous ». « Je ne suis pas tout seul. Je ne peux pas détenir toute la vérité, chacun en possède une partie. Essayons de mettre en synergie ce que nous sommes » et de faire que les choses bougent positivement.

Les actions de la journée s’articulent autour de 8 axes : action citoyenne, construire des ponts, développement durable, paix et spiritualité, art et culture, égalité et harmonie des genres, architecture à visage humain et académie de paix.

Ainsi par exemple, le 16 mai 2018, dans 48 willayas d’Algérie, les enfants vont étudier le matin ces objectifs à l’école, puis l’après-midi, mener des manifestations dans l’espace public pour les promouvoir, tandis qu’à Oran, une procession christiano-musulmane reliera la vieille ville à la cathédrale. Au Maroc Tanger (Maroc), c’est un marathon de 4000 jeunes qui rassemblera les communautés.

En Europe, Cannes est un peu un laboratoire avec son association « Vivre ensemble à Cannes ». La Fédération internationale du Scoutisme, avec ses 50 millions de jeunes, participe à cette journée ainsi que de nombreuses écoles privées et publiques en France, en Allemagne, Belgique, Hollande, New-York, Genève, etc., la Maison de l’Unesco à Paris, de nombreuses villes et responsables de communautés religieuses, etc.

« Les événements récents nous ont démontré que nous avons besoin de créer cette Culture de Paix, que nous devons apprendre à mieux vivre et faire ensemble. Une journée internationale du Vivre Ensemble ne règlera pas tout, mais c’est, croyons-nous, un jalon utile et important pour nous connaître et nous reconnaître dans le cercle de la fraternité humaine, en synergie l’un avec l’autre et non en opposition l’un contre l’autre. »

NB : AISA ONG International (voir son site) est un partenaire officiellement accrédité auprès de l’ONU et de son Conseil Économique et Social (ECOSOC) pour ses compétences en spiritualité, égalité des genres, environnement, éthique, culture de la paix, développement social et gouvernance.

Texte élaboré à partir des propos du cheik Bentounès
recueillis par Véronique Francou
et du site de AISA ONG International

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail