En 1937, à l’âge de 23 ans, le Père Ceyrac quitte la France pour l’Inde où il devient Jésuite. Son amour pour Dieu et les hommes lui a donné le courage et la force, dans ce pays gigantesque, de s’occuper des plus pauvres et des exclus. Ce documentaire de 30 minutes relate une infime partie de son immense contribution. Il tente d’approcher les qualités et les valeurs de cet homme exceptionnel. Le film est accessible dans sa totalité ici : I can love the film

Présentation d’Eric Grinda, documentariste, réalisateur et producteur du film

En 2006,  j’ai eu la chance de rencontrer le père Ceyrac à Paris. Ce moment passé en sa présence fut tellement unique que quelques mois plus tard j’étais en Inde pour filmer le documentaire “I can love” où j’ai pu suivre le Père Ceyrac pendant plusieurs semaines en déplacement mais aussi à Chennai où il vivait au Loyola collège. Cela faisait 75 ans que le père Ceyrac vivait en Inde, sa passion pour ce pays était considérable. Tout au long de ces années le Père Ceyrac a exprimé son extraordinaire capacité à aimer les autres. Elle s’est concrétisée par une quantité innombrable d’actions, en particulier : le développement rural du sud de l’inde (Ceyrac Farms & opérations 1000 puits), la création de plusieurs écoles, la construction de maisons pour les pauvres et les lépreux, de très nombreuses assistances médicales aux enfants malades et handicapés.

Après un certain temps passé en sa présence je me souviens lui avoir dit Père : j’ai le sentiment que vous même n’êtes pas conscient de tout ce que vous faites. Pendant les interviews il a décrit son parcours, quelques moments clefs de son existence, mais aussi son regard et sa perception du monde.

 

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail